Didier Belondrade

Tout a commencé avec un verre de Verdejo, un vin frais, découvrant des arômes de foin et une couleur jaune paille, sous le chaud soleil Andalou. En suite ce furent le vaste paysage castillan, des conditions climatiques exceptionnelles et un terroir rocailleux, qui ont fini par enchanter             Didier Belondrade, qui commença à penser que l’ Espagne allait lui voler quelque chose de plus que son cœur.

C’était en 1994, dans la région de Rueda. Un français habitant Nava del Rey, présenta un vin qui ouvrit de nouvelles voies pour le cépage Verdejo : Belondrade y Lurton. Un vin fermenté et élevé en barriques sur lies, élégant, intègre, onctueux et exprimant à la perfection la complexité apportée par la différence des sols desquels il provient.Le pari de Didier Belondrade sur le potentiel de vieillissement du cépage Verdejo se renforça avec l’inauguration, durant l’année 2000 de sa cave, située sur la commune de La Seca (Valladolid), œuvre de l’architecte Vincent Dufos du Rau.

Belondrade y Lurton est plus qu’un vin, c’est une philosophie, une vision. C’est le respect pour l’environnement. C’est le travail raisonné et réfléchi de la vigne. C’est la sélection minutieuse du raisin pour en prendre le plus grand soin par la suite, en développant ses propres levures (autochtones) pour garder le vin presque un an en barrique et minimum six mois en bouteille avant sa sortie sur le marché.

Mais c’est aussi une marque personnelle et un clin d’œil à la famille. Après son installation définitive à La Seca, Didier Belondrade a commencé à élaborer d’autres vins qu’il baptisa du nom de ses filles : Quinta Clarisa Belondrade et Quinta Apolonia Belondrade. Le premier, un rosé 100% Tempranillo, et le second, un jeune vin 100% Verdejo, le « deuxième vin » de Belondrade qui permet d’améliorer la sélection du Belondrade y Lurton.

 

©  Mentions légales 2012 - Photos: Juan Manuel Sanz, César Prados et Álvaro Fernández Prieto.                  Suivre: